Icône réac

Icône réac

Le patriarcat a trouvé son égérie qui, dans son livre Le Porc émissaire, caricature MeToo pour mieux le disqualifier. Grand succès chez ces messieurs.

face au lent recul de l'ordre patriarcal, certaines femmes continuent à se battre pour accéder à l'égalité réelle. D'autres choisissent de s'en prendre plutôt à ces dernières. Journaliste au Figaro, cofondatrice de la revue d'écologie intégrale d'inspiration catholique Limite, et polémiste éclose à la Manif pour tous, Eugénie Bastié est de celles-là : celles qui trouvent qu'on en fait trop, les plus fortes que ça, qui pensent que le féminisme est « une idéologie en panne de bourreau », que c'est plutôt des hommes qu'il faut maintenant se soucier. Son premier livre s'en prenait aux néoféministes, « ces ayatollettes » qui luttent « sans relâche pour un monde déjà advenu ». Son dernier essai, Le Porc émissaire, est une charge contre le mouvement MeToo, qui serait le symptôme d'une époque coincée entre une « fureur punitive » et une « frénésie exhibitionniste ».

Il s'en dégage un mépris souverain pour l'époque et une tendresse pour un ancien r ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article