Houellebecq reste coi

Houellebecq reste coi

Venu remettre le prix 30 Millions d'amis, le romancier n'a rien laissé filtrer de son roman à paraître début janvier, dont on connaît seulement le titre : Sérotonine.

drouant, mardi 20 novembre. Les jurés du prix 30 Millions d'amis déjeunent dans une salle du célèbre restaurant. Sitôt les portes ouvertes, les micros et objectifs se braquent sur Michel Houellebecq pour recueillir ses commentaires sur le roman de Solange, Autoportrait en chienne, heureux élu de cette 36e édition.

Connu pour l'amour qu'il voue à son cher corgi, Clément, aujourd'hui disparu, l'écrivain fait partie du prestigieux jury, aux côtés notamment de Teresa Cremisi, Frédéric Lenoir et Irène Frain, réunis autour de la littérature et de la cause animale. « On ne le croirait pas : il a l'air tellement nul, mais en fait c'est le meilleur », marmonne l'auteur d'Extension du domaine de la lutte en pointant avec un certain dédain la couverture du roman primé. L'essai de Peter Singer, La Théorie du tube de dentifrice, dont une traduction vient de paraître aux éditions Goutte d'Or, est également récompensé. Quant au roman de Houellebecq qui pa ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon