Hors commerce

Hors commerce

Une mère grande lectrice et un oncle professeur de lettres, déclamant du Victor Hugo à tire-larigot, ont très vite poussé Philippe Olivier - né à Nancy en 1956 - à devenir un « boulimique de lecture ». Pour ses 14 ans, son oncle lui offre Les Trois mousquetaires . Un choc. Et le début d'une bibliothèque personnelle, constituée avant tout de livres de poche. Des études classiques le mènent ensuite de Strasbourg à Paris.

Mais Philippe Olivier ne peut se limiter à l'enseignement des lettres. L'envie de faire découvrir la littérature française l'anime. Faire de la critique le guide vers Georges Lambrichs qui publie son premier article dans la NRF . Puis il rend visite à Maurice Nadeau. Lui sont alors ouvertes les colonnes de la Quinzaine . Dans ces années quatre-vingt, Philippe Olivier organise également des débats et lectures au Café de Flore. C'est là qu'il rencontre Sylvie Audoly qui l'introduit dans le milieu éditorial. C ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes