Hors cadre

Hors cadre

Fêtées par les romantiques, les oeuvres de Savinien subirent d'abord le mépris des gens de lettres.

l'histoire, on le sait, est écrite par les vainqueurs. Et les vainqueurs, au XVIIe siècle, ce furent les auteurs de l'époque de Louis XIV. Boileau, premier législateur du Parnasse, avait fait un tri sévère, rejetant tout ce qui n'obéissait pas aux bienséances et ne retenant de Molière, par exemple, que les grandes comédies : « Dans ce sac ridicule où Scapin s'enveloppe,/ Je ne reconnais plus l'auteur du Misanthrope. » Cyrano et « sa burlesque audace » ne sont mentionnés qu'en passant. Et Voltaire lui avait emboîté le pas en canonisant définitivement le Grand Siècle et en comparant l'époque de Louis XIV à celle de Philippe et d'Alexandre, de César et d'Auguste, des Médicis et de François Ier. Il fut suivi sur ce point par l'école et par l'université, et cela jusqu'au milieu du XXe siècle.

Les réactions ne se firent pas attendre, même si elles avaient parfois du mal à s'imposer. « Dors-tu content, Voltaire, et ton hideux sourire/ Voltige-t-il encor sur tes os ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Claire Marin © HANNAH ASSOULINE/Ed. de l'Observatoire

Claire Marin
Auteure de Rupture(s) (éd. de l'Observatoire)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine