Horace Walpole. Le châtelain d'Otrante

Horace Walpole. Le châtelain d'Otrante

En faisant se toucher, le premier, les énergies incluses dans les deux termes de gothic et de story, générant ainsi un puissant éclair esthétique, Horace Walpole nous semble un de ces terrassiers miraculeux dont le pic percute, par hasard, la poterne enfouie d'une salle au trésor, un aventureux laborantin produisant par mégarde un mélange détonant. Du contact entre ces deux mots a résulté une panne générale, un black-out poétique qui a plongé le Royaume-Uni dans une nuit sépulcrale, glacée, lente à se dissiper. Ce grand dilettante esthète le prévoyait-il ? Sans doute. Quand retentit à Londres, en décembre 1764, ce qu'André Breton appellera, dans sa préface à Melmoth, le « coup de gong d'Otrante », Horace Walpole, quatrième comte d'Orford, fils du richissime (et fort controversé) Premier ministre sir Robert Walpole, a 47 ans. Élève d'Eton, il a étudié au King's College de Cambridge, où il a découvert l'architecture gothique et s'est lié d'amitié av ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Je reste roi de mes chagrins », Philippe Forest, éd. Gallimard