Histoires et géographies

Histoires et géographies

Tout commence souvent par les lieux, en tout cas des noms de lieux, souvent associés à des écrivains et points de départ de dérives dans les livres et dans le temps, dans le monde et dans ses cartes.

Dans l'un de ses meilleurs romans, Docteur Pasavento, Enrique Vila-Matas prête à son narrateur (un écrivain qui traverse le monde comme s'il était un mirage de la littérature, hanté par le démon de la disparition) cette confidence : « Je suis l'ami de la ténébreuse ligne d'ombre de nos années actuelles, où tout a fini par devenir incompréhensible et où, lorsqu'on nous parle du monde, nous ne savons plus de quoi il s'agit [...] - sans une seule idée recevable pour comprendre le monde, sans parler de comprendre la Syrie. » Cette phrase désabusée et mélancolique (la Syrie était déjà « dans l'oeil de l'ouragan ») dit quelque chose d'essentiel pour Enrique Vila-Matas : la « ligne d'ombre » qu'il ne cesse de parcourir est un lieu indécis, incompréhensible, une « frontière brumeuse » entre la littérature et la réalité - comme celle que traversa le grand écrivain Pío Baroja au moment de s'exiler pour fuir une autre guerre civile. Dans son oeuvre, la littérature et la réalité foncti ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes