Rachilde, « la reine des décadents »

Rachilde, « la reine des décadents »

Quelle drôle de femme que cette Rachilde ! Écrivaine à la plume hardie, elle contribua à la réussite du Mercure de France. Avec le site Retronews, le site de presse de la Bnf, et en complément de notre dossier sur la littérature érotique, voici le portrait de Rachilde.

Rachilde : ce curieux pseudonyme est celui de Marie Marguerite Eymery, née le 12 février 1860, en Dordogne. Elle grandit dans le domaine familial, au milieu des tensions grandissantes entre son père, taciturne militaire à la retraite défiguré par la petite vérole et sa mère, jalouse et neurasthénique. Elle semble avoir été un temps livrée à elle-même, puis brièvement fiancée à un officier.

Pour occuper sa solitude, elle lut tout ce que la bibliothèque familiale contenait, aussi bien Ponson du Terrail que Voltaire, Sade… Elle admira Victor Hugo, s’essaya à l’écriture et envoya à un journal de la région une première nouvelle – qui fut publiée. D'autres textes suivirent qui connurent un certain succès. Forte de cette expérience, poussée également par la ruine familiale, la jeune fille s’installa à Paris, en 1878, accompagnée de sa mère. Elle entreprit de placer ses articles, de rédiger des réclames et de faire des interviews. Si les origines de son pseudonyme demeurent mystérieuses, le titre qui la lança véritablement fut Monsieur Vénus ; dès sa parution en 1884, ce roman scandalisa l'opinion et lui valut un an de prison ainsi que deux milles francs d’amende.

 

 

Voir la suite de l'article sur le site de Retronews.

 

À lire notre dossier : « « Littérature érotique : le rose et le noir » (publié dans le mensuel N°22)

Alors que la consommation de pornographie n’est plus un tabou et que la sexologie est devenue une rubrique usuelle dans les médias, où en sommes-nous avec l’écriture érotique ? Faute de place, nous n’avons pu remonter jusqu’aux émois et ébats de l’Antiquité, de la poésie courtoise ou du libertinage. Le boudoir du XXe siècle est déjà un immense terrain d’exploration, entre audace et vulnérabilité, « grandes » signatures et romans de gare, confessions et correspondances, livres cultes et bandes dessinées.

Avec entre autres : 

  • Légendes des sexes et offrandes lubriques par Claudine Brécourt-Villars
  • « Ma douce petite putain » : correspondances fameuses par Sarah Chiche
  • Les elles du désir par Camille Koskas
  • BD : les chefs de la bande par Bernard Joubert
  • Années 1990 : la chair est triste et lasse par Olivier Bessard-Banquy
  • Rêves sous cellophane par Christophe Bier

 

Illustration : Le journal des Débats, 27 mars 1899 © RetroNews-BnF

Nos livres

À lire : La tempête qui vient, James Ellroy, éd. Rivages/Noir

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon

OCTOBRE :

 Microclimat judiciaire : entretien avec Judtih Rochfeld

► De Big Brother à Big Other : inédit du dossier Orwell-Huxley

► « Le génie français, c’est la liberté ! » : version longue de l'entretien avec Laurent Joffrin

Les écrivains journalistes avec RetroNews

Pour accompagner notre dossier sur la littérature érotique, nous vous proposons de plonger, en partenariat avec Retronews, le site de presse de la Bnf, dans la vie de Rachilde, la reine des décadents.

Illustration : Le journal des Débats, 27 mars 1899 - source : RetroNews-BnF