Le faussaire imaginaire ?

Le faussaire imaginaire ?

Depuis maintenant cent ans un doute persiste sur la réelle paternité des pièces de Molière. Florian Cafiero et Jean-Baptiste Camps, deux scientifiques du Lied (CNRS/Université de Paris), mettent fin du débat.

Par Alexis Brocas

Cette fois, on en est sûrs : Molière a bien écrit les pièces de Molière. Ceci n’est pas un truisme, mais une bonne nouvelle : depuis que Pierre Louÿs, en 1919, a lancé l’idée que leur véritable auteur serait le tragédien Pierre Corneille, un doute persistait. Car il est vrai que nous n’avons pas de manuscrit de Molière, que sa carrière d’auteur commence de façon singulièrement tardive (à 37 ans) et que des études statistiques – certes fort contestées – ont trouvé de troublantes parentés lexicales entre les deux œuvres. Et puis, n’est-il pas romanesque d’imaginer Pierre Corneille écrivant, forcément nuitamment, des comédies hilarantes et subversives pour arranger ses finances et égratigner ses ennemis sans nuire à sa réputation de digne tragédien ? Sans compter le surcroît de gloire pour la France si l’affaire était vraie : un auteur assemblant en sa personne le génie de Molière et celui de Corneille pourrait en remontrer à Shakespeare… L’ennui, c’est que Molière a été accusé de bien des choses de son vivant, sauf de ne pas avoir écrit ses pièces ! Et que des chercheurs de l’université Paris-Diderot viennent de mettre fin au mystère. Ils ont utilisé pour cela la méthode dite « d’attribution d’autorité » : employée entre autres par les services de renseignements, celle-ci se fonde sur l’analyse des tics et des habitudes d’écritures (notamment sur l’usage des mots de liaison, par lesquels l’inconscient s’exprime) pour retrouver l’auteur d’un texte. Leurs conclusions, publiées dans la revue Science Advances, sont claires : « Quel que soit le critère étudié, les pièces de Molière possèdent des caractéristiques communes évidentes qui n’ont rien à voir avec celles de Pierre Corneille ». Comme diraient nos estimés confrères du Canard, pan sur le bec !

 

Photo : Portrait de Molière (1622-1673) d'après un tableau attribué à Pierre Mignard © AFP

Nos livres

Ceux qui restent, Benoît Coquard, La Découverte, 280 p., 19 €.

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon