Histoire du corps

Histoire du corps

On attendait ces livres comme l'aboutissement d'une évolution de la discipline. Les masses populaires ont d'abord remplacé les rois et les héros, les statistiques pris la place des récits événementiels. Puis la vie concrète et l'existence sensible ont revendiqué leur importance dans la reconstitution du passé. Se sont multipliées les histoires de la sexualité et de l'alimentation, du sentiment maternel et des âges de la vie, de l'hygiène et du sport. Le temps était venu d'une synthèse, difficile, sur les savoirs, les croyances et les pratiques qui entourent le corps, sur les images et les soins de ce visage et de ces organes qui se sont mis à définir la personne, car, du Moyen Âge à nos jours, on assiste parallèlement à une promotion du corps qui ne se contente plus d'être au service de l'âme ou de l'esprit, et à sa domestication par la politesse et la discipline. On passe d'un assujettissement religieux, au nom de la hiérarchie entre le physique et le spirituel, à une sujétion civi ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Je reste roi de mes chagrins », Philippe Forest, éd. Gallimard