HISTOIRE DRÔLE TROUVÉE À SARAGOSSE

HISTOIRE DRÔLE TROUVÉE À SARAGOSSE

jusqu'à maintenant, tout était parfait

Au sujet des gens qui se taisent très longtemps, ma scène préférée se déroule à Zurich dans le café où se réunissaient les trois membres du « groupe des Parcs », dont nous parlerait Walter Benjamin. Un jour, Arnold Böcklin, son fils Karl, et Gottfried Keller s'y trouvaient, muets comme d'habitude. Au bout d'un long moment pendant lequel on n'entendit pas un mot, le jeune Böcklin dit : « Quelle chaleur ! » Après quinze minutes de mutisme, Böcklin père répliqua : « Il n'y a pas le moindre souffle ! » Keller laissa passer quelques minutes avant de se lever et de leur dire : « Ça suffit ! C'est insupportable, je n'ai pas l'intention de continuer à boire parmi des charlatans ! »

Comme on peut le voir, cette anecdote sur le silence a la structure d'une histoire drôle et lui ressemble. En fait, un ami me l'a racontée, l'autre jour, comme si elle en était une, sans dire les noms de ses véritables protagonistes et sans savoir que Benjamin avait écrit sérieusement sur elle. C'est que, ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes