Hervé Le Tellier et la sexequation

Hervé Le Tellier et la sexequation

« L'amour est une équation à deux inconnus », pour cet Oulipien.

Chemise bleue, veste bleue, le front ample surligné par une mèche. L'autre soir, sur le plateau Des mots de minuit, une caricature en aurait fait un fort en maths. C'était vrai, il y a vingt ans. Depuis, Hervé Le Tellier aligne récits, essais, nouvelles et romans dont Le Voleur de nostalgie, éd. Le Castor Astral. De son rapport aux chiffres, de son appartenance à l'Oulipo, l'écrivain a le sens de la structure exigeante. Certains n'avaient vu dans La Chapelle sextine éd. Estuaire qu'un bijou joyeux et acidulé à offrir à tout potentiel partenaire érotique si affinités.

Mais derrière ces tendres ardeurs et un solide humour se cachent le jeu et la jubilation de l'écriture à contraintes.

« Il y en a une première, très simple. J'ai pris vingt-six personnages, treize hommes, treize femmes. A couche avec B qui couche avec C qui couche avec D... Au total, chacun des hommes couche avec six femmes et chacune des femmes couche avec six hommes. Simple !

Oui, si vous le dites ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Je reste roi de mes chagrins », Philippe Forest, éd. Gallimard