Hervé Guibert, la fiction à la vie à la mort

Hervé Guibert, la fiction à la vie à la mort

Fauché par le sida en 1991, l'écrivain aurait eu 60 ans ce 27 décembre. Une figure fulgurante, à tous égards.

En 1977, un jeune homme pressé publie son premier livre et son premier article : Hervé Guibert. Pour lui, écrire est un geste total. Ses ouvrages adoptent à titre d'illusion narrative la forme d'un reportage mené sur soi-même et ses proches. Ses articles, publiés dans Le Monde puis dans L'Autre Journal en 1985 et 1986, imposent un rapport intrinsèquement romanesque à leur sujet. Le deuxième recueil de ces articles, L'Autre Journal (Articles intrépides, II), vient de paraître. Il faut donner à ce titre sa belle ambivalence. S'il collecte des articles, des photographies légendées, des entretiens réalisés par l'auteur, des textes d'amis - Michel Foucault, Roland Barthes, excusez du peu -, il se lit aussi comme un journal, au sens littéraire du terme, l'autre journal d'un écrivain qui tenait par ailleurs le sien et en tirait la matière substantielle de son oeuvre (Le Mausolée des amants). Entre 1985 et 1986, puis entre 1990 et 1992, la revue L'Aut ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Je reste roi de mes chagrins », Philippe Forest, éd. Gallimard