Hartung mérite l'attention

Hartung mérite l'attention

Au musée d'Art moderne de la Ville de Paris, une riche et dense rétrospective consacre le retour en grâce du maître de l'abstraction formelle européenne jusqu'aux années 1970.

On avait presque oublié Hans Hartung, hormis le vague souvenir de toiles incisives, comme lacérées à coups de fouet. Champion de l'abstraction européenne de l'après-guerre au mitan des années 1970, il dut subir plusieurs décennies le désintérêt conjoint de la critique, du marché et du public. L'artiste, né allemand en 1904 à Leipzig et mort français à Antibes en 1989, fait à présent l'objet d'un retour en grâce. Quelque 300 peintures, dessins ; affiches et photos, à quoi s'ajoutent de nombreux documentaires, permettent, de prendre la pleine mesure d'un artiste dont la puissance d'expression saute aux yeux. Aux oreilles aussi, car Hartung sait dire sans emphase, dans ses entretiens filmés et dans un français impeccable, ce qui fait l'essence de ses recherches formelles, et aussi celle de sa vie. Une vie qui passe entre autres péripéties par une Allemagne désertée dès l'intronisation de Hitler, suivi d'un engagement dans la Légion étrangère, ce qui lui valut la Légion d'honneur et l'a ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : Révolution aux confins, Annette Hug, traduit de l'allemand Suisse par Camille Luscher, éd. Zoé