Hartmut Rosa Allemagne, 1965

Hartmut Rosa Allemagne, 1965

Avec son concept d'« accélération », le sociologue entend mettre un frein à un monde en excès de vitesse.

tous, nous faisons l'expérience de la pénurie de temps, malgré la promesse de technologies toujours plus rapides. Partant de ce constat, le sociologue allemand Hartmut Rosa, adepte de la théorie critique de l'école de Francfort, a proposé, dans Accélération. Une critique sociale du temps (2005), une relecture de la modernité au prisme d'une dialectique entre forces d'accélération et forces de freinage, ces dernières menaçant de disparaître. Dans ce jeu de vitesse, l'autonomie visée dans le projet philosophique de la modernité devient disponibilité absolue de l'individu, lequel se voit contraint de privilégier la satisfaction à court terme d'objectifs qu'il n'a pas choisis délibérément. Dans Résonance (2016), Hartmut Rosa esquisse une réponse possible à ce phénomène. La décélération ne suffit pas, il faut définir un nouveau rapport au monde, « résonner » avec lui, soit retrouver un rapport affectif à la nature et aux autres. Être émerveillé par le monde ser ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon