Hanif Kureishi la voix d'un père

Hanif Kureishi la voix d'un père

Autobiographie et chronique historique, album de photos et essai sur l'art : Contre son coeur, de l'écrivain anglais Hanif Kureishi, est tout cela à la fois.

« Pourquoi écrit-on ? La vieille et perfide question que Littérature avait rajeunie au lendemain de la Première Guerre mondiale n'a toujours pas reçu sa réponse. [...] Pourquoi se refuser à admettre qu'écrire se rattache rarement à une impulsion pleinement autonome ? On écrit d'abord parce que d'autres avant vous ont écrit, ensuite, parce qu'on a déjà commencé à écrire », remarquait Julien Gracq dans En lisant, en écrivant. Cette question en effet « perfide », au sens probable de « périlleuse », il n'est pas un auteur qui puisse y échapper. Pas un non plus, s'il est un peu vrai, qui ne vienne à la poser un jour dans son oeuvre sous une forme ou une autre. Que l'écriture ait pour lui à voir avec le mimétisme, et l'inspiration avec l'hommage, Hanif Kureishi ne s'en cache pas. Mais les grands prédécesseurs - Tchekhov en tête - sont à ses yeux d'un abord plus simple qu'un homme qui pourtant ne fut jamais publié. « Mon père, explique-t-il, fonctionnaire à l'ambassade du Pakistan à Londre ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Je reste roi de mes chagrins », Philippe Forest, éd. Gallimard