Habillés pour l'été

Habillés pour l'été

Du fait que les saisons reviennent, inlassablement, on s'y résigne, et on ne les voit guère que sous l'aspect du temps qu'il fait, non de celui qui passe. Mais, quand vient l'été, des symboliques se déploient, et des mots pour les dire.

L'été, on peut le juger bel et bon, lorsque le soleil brille ; on le dit « pourri » s'il y a de la pluie, ce qui dénote une idée distraite de la vraie décomposition. Ce que transmet le mot latin aestas, aestatis, l'ested de La Chanson de Roland, ce n'est pas tant une époque de l'année que le temps de la chaleur, et même de la brûlure. La racine indo-européenne du mot, en effet, signifie avant tout « feu, lumière, chaleur, brûlure » ; par lui, le temps d'une saison se rapproche du Soleil, de ce ciel lumineux à l'origine de tant de religions, de l'éther subtil - mot apparenté à été -, tout cela sous l'influence symbolique de l'étoile Sirius, aussi appelée « Petite Chienne », Cani ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes