Héros sous les radars

Héros sous les radars

C'est une simple plaque de rue qui a retenu l'attention de François-Guillaume Lorrain (1), une de celles que l'on croise sans s'y attarder. Et pourtant, l'écrivain va prendre sa casquette de journaliste et se lancer dans une enquête pour comprendre l'histoire cachée derrière les mots gravés sur la pierre : « Ici est tombé sous les balles allemandes Jean Kopitovitch, patriote yougoslave, le 11 mars 1943 ».

Cette vie minuscule, chacun semble l'avoir oubliée. La mairie de Paris ignore tout du personnage. Et il faut fouiller les archives de la préfecture de police avant qu'une première lueur se fasse. Kopitovitch n'est pas n'importe qui. Cet inconnu a choisi la France. Il fait partie d'un groupe de lycéens serbes arrivé dans l'Hexagone en 1916, et, comme beaucoup, est reparti pour la fondation de la Yougoslavie en 1919. Mais il est revenu charmé par ce pays. Et, pendant la Seconde Guerre mondiale, il est entré dans la Résistance et a participé à des actions armé ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article