Gros poisson

Gros poisson

Un psychiatre fait parler ses patients en leur donnant des drogues :un furieux rodéo verbal.

Requin est le deuxième volet d'un triptyque en forme de divorce : grimé en Joyce (sans les jeux de mots et les références obscures), l'inébranlable Will Self achève de tourner le dos à une littérature inapte, selon lui, à dire les convulsions du siècle. Il faut le suivre et pister, le coeur en bandoulière, le psychiatre Zach Busner dans son projet d'expérimentations sous influences. Dans la Concept House, en effet, au nord-ouest de Londres, on fait parler les patients en leur donnant des drogues. La narration l'atteste : furieux carambolage de voix, de pensées, de consciences, sans chapitres ni paragraphes. « Et le monde enfumé continue de tourner autour de sa tête brumeuse. » Tout un programme.

La virtuosité de l'écrivain, c'est de parvenir à rendre intelligible ce tourbillon sensoriel. Et à nous passionner, notamment, pour le destin de Claude Evenrude, embarqué en 1945 sur le USS Indianapolis (qui, alors qu'il transportait des fragments de la bombe d'Hiros ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes