Grinçant Hilsenrath

Grinçant Hilsenrath

Edgar Hilsenrath

Après Fuck America, Attila continue de mettre Edgar Hilsenrath à l’honneur avec Le Nazi et le Barbier, épais roman satirique qui, en 1969, l’a rendu célèbre... aux États-Unis. Publié par l’éditeur Doubleday, qui trois ans plus tôt avait déjà traduit Nacht, le livre sera refusé partout en Allemagne, pays natal de l’auteur, jusqu’à ce qu’un petit éditeur ose le publier en 1977, provoquant un scandale. Le motif ? À rebours de la convention littéraire selon laquelle on ne traite de la Shoah qu’avec pathos et componction, Hilsenrath, Juif rescapé du ghetto de Mogilev-Podolsk, s’autorise un roman bourré d’humour noir.Il raconte l’histoire ahurissante de Max Schulz, gardien de camp nazi qui, après la guerre, prend l’identité d’un Juif assassiné, file en Israël et devient un sioniste convaincu... Iconoclaste, burlesque et sombre, cette comédie paradoxale n’a rien perdu de sa force provocatrice.

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Entretien

Laurent de Sutter © Hannah Assouline/ éd. de l'Observatoire

Laurent de Sutter
« Une indignation efficace reconfigure nos manières de penser »

Nos livres

 La langue confisquée, Frédéric Joly, éd. Premier Parallèle

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

OCTOBRE :

 Microclimat judiciaire : entretien avec Judtih Rochfeld

► De Big Brother à Big Other : inédit du dossier Orwell-Huxley

► « Le génie français, c’est la liberté ! » : version longue de l'entretien avec Laurent Joffrin

SEPTEMBRE :

► L'identité et ses (im)postures : critique du Nom secret des choses de Blandine Rinkel

 Souvenirs de la maison close : critique de La Maison d'Emma Becker

 Le feu au lac : version longue de l'entretien avec Kevin Lambert

 

© Louison pour le NML

© Louison