Mathias Énard: «La liberté, l'humour, l'ivresse, c'est aussi l'islam» et Kamel Daoud: «L'islamisme tombera car il est une impossibilité»

Mathias Énard: «La liberté, l'humour, l'ivresse, c'est aussi l'islam» et Kamel Daoud: «L'islamisme tombera car il est une impossibilité»

L'un a reçu le Goncourt pour Boussole, l'autre le Goncourt du premier roman pour Meursault, contre-enquête. Ils dialoguent à notre invitation.

LEURS LIVRES

MATHIAS ÉNARD Meursault, contre-enquête est un vrai coup de génie. En le lisant, on se demande comment on a pu passer tant d'années depuis la publication de L'Étranger sans voir cette absence de l'Arabe assassiné et sans chercher à la remplir. J'ai trouvé belle et puissante cette idée de remettre « l'Histoire à parts égales », pour employer l'expression de l'historien Romain Bertrand. Il s'agit de contrebalancer les choses en n'oubliant aucune des versions ; pour cela, il fallait mettre fin littérairement parlant à la domination postcoloniale.

KAMEL DAOUD. Ah, Boussole... Généralement, je suis allergique aux orientalismes. D'abord pour des raisons historiques : c'est un fantasme qui m'a toujours rebuté, qu'il soit de droite ou de gauche, compassionnel ou folklorique. Ensuite parce que je n'aime pas être confondu avec cette géographie de l'Orient : je suis maghrébin, c'est un ab ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Entretien

Aurélie Charon © S.Remael/Ed. L’Iconoclaste

Aurélie Charon
Autrice de C'était pas mieux avant, ce sera mieux après (L'Iconoclaste)

Nos livres

NUAGE ORBITAL, Taiyô Fujii, traduit du japonais par Dominique et Frank Sylvain, éd. Atelier Akatombo

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine