Jacques Rancière : "La fiction moderne donne du temps à ceux qui ne l'ont pas"

Jacques Rancière : "La fiction moderne donne du temps à ceux qui ne l'ont pas"

Selon le philosophe, « la fiction moderne donne du temps à ceux qui normalement ne l'ont pas », et cela se joue pour l'essentiel entre les années 1830 et 1950. Il revient sur cette « séquence » dans un nouveau recueil.

Qu'est-ce qu'on considère comme digne d'être raconté ou représenté ? Quel type d'existence ? Quel genre d'action ou de perception ? Ces questions ne sont pas minces. Elles occupent depuis longtemps le philosophe Jacques Rancière, à la lisière de l'esthétique et du politique. Il ne s'agit pas de promouvoir un art militant, ni d'exhumer des oeuvres de supposés « messages » idéologiques. Pour lui, toute oeuvre d'art induit des choix qui cristallisent une vision du monde, un certain « partage du sensible », rendant perceptible ou occultant tel ou tel problème, telle ou telle forme de vie. L'un des grands partages, selon le philosophe, se joue dans la transition ou la rivalité entre un régime classique de l'art et un régime moderne proprement esthétique. Le premier, toujours calé sur la Poétique d'Aristote, met l'accent sur les actions et leurs enchaînements, conçoit des formes elles aussi « actives » en ce qu'elles se targuent de trancher dans le chaos du monde pour l'ordonner, ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : La tempête qui vient, James Ellroy, éd. Rivages/Noir

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon

OCTOBRE :

 Microclimat judiciaire : entretien avec Judtih Rochfeld

► De Big Brother à Big Other : inédit du dossier Orwell-Huxley

► « Le génie français, c’est la liberté ! » : version longue de l'entretien avec Laurent Joffrin

Les écrivains journalistes avec RetroNews

Pour accompagner notre dossier sur la littérature érotique, nous vous proposons de plonger, en partenariat avec Retronews, le site de presse de la Bnf, dans la vie de Rachilde, la reine des décadents.

Illustration : Le journal des Débats, 27 mars 1899 - source : RetroNews-BnF