Grall retrouvé

Grall retrouvé

Xavier Grall

Éditeur de poésie, et rien que de poésie, fidèle à une conception artisanale de ce métier qui fut aussi celle d’un Guy Lévis Mano, René Rougerie nous a quittés le 12 mars dernier à 84 ans. Diffusés par lui-même directement auprès d’un réseau de libraires fidèles, en dehors des grands circuits commerciaux, ses livres aux titres rouges sur fond d’un blanc immaculé ont servi de références à plusieurs générations d’amoureux de la poésie, constituant l’un des catalogues les plus riches du demi-siècle écoulé, avec des auteurs comme Saint-Pol Roux, Joë Bousquet, Pierre Dhainaut ou René Guy Cadou. Son fils Olivier poursuit l’aventure, fort heureusement. Belle coïncidence, l’occasion de leur rendre hommage nous est offerte par la publication de l’œuvre poétique de l’un des auteurs « historiques » de la maison, Xavier Grall 1930-1981. Celui-ci est si évidemment breton, et sa renommée si grande en Bretagne, où se sont multipliés depuis trente ans les hommages en tout genre, qu’il court le dang ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Claire Marin © HANNAH ASSOULINE/Ed. de l'Observatoire

Claire Marin
Auteure de Rupture(s) (éd. de l'Observatoire)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine