Goliarda Sapienza, au fil des jours

Goliarda Sapienza, au fil des jours

« Un grand livre est un ami qui ne trahit pas. » L'Italienne Goliarda Sapienza l'a prouvé dans la saga L'Art de la joie. Elle le démontre avec les carnets qu'elle a tenus durant vingt ans. Voici un condensé de ce « chemin de vie ». L'éditeur se dit « ému par le courage et la volonté de vérité qui jaillissent de ces notes journalières ».

La romancière les compose au lendemain de son chef-d'oeuvre. Au bord de la dépression, elle s'accroche à ce mât ultralucide. Il est « temps de souffrir, temps de jouir, temps de lire le passé comme sur un manuscrit jauni ». Et de s'interroger sur l'écriture. Une traversée bouleversante, révélant une personnalité passionnée, désireuse de « mourir avec des yeux juvéniles qui vous rappellent que la vie continue ».

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes