Godard, écrire sa vie

Godard, écrire sa vie

Un livre retrace le parcours du cinéaste, chez qui l'écrit a toujours tenu une place fondatrice, au pli de l'écran et de la vie.

En écrivant une biographie de Jean-Luc Godard, Antoine de Baecque savait à quels problèmes il se heurterait. Le cinéaste lui interdirait sans doute l'accès à son ermitage suisse - pas fou, le critique et historien s'est contenté de l'informer du projet. Les témoins pourraient se rétracter, les refus succéder aux refus - Godard intimide. Et comment rédiger la biographie de celui qui a accumulé les masques et les identités tout en répétant que l'oeuvre importe, pas l'homme ? Antoine de Baecque rappelle la difficulté en préambule, et les foudres que se sont attirées ses devanciers, le Britannique Colin MacCabe et l'Américain Richard Brody. S'il ne s'y attarde pas, c'est qu'à l'évidence il était également difficile de résister à l'envie de retracer un itinéraire si riche que l'ouvrage, sans forcer, atteint plus de 900 pages. De Baecque raconte allègrement : l'« enfance absente » entre Paris et la Suisse, l'adolescence ingrate, les Cahiers du cinéma et la Nouvelle Vague, le sprint des an ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : Révolution aux confins, Annette Hug, traduit de l'allemand Suisse par Camille Luscher, éd. Zoé