Glissant au plus juste

Glissant au plus juste

Lors d'un colloque new-yorkais sur Deleuze, Édouard Glissant est le seul conférencier à s'exprimer en français. À son confrère François Noudelmann qui s'étonne, il confie mi-sérieux mi-ironique : « Je parle toujours dans les langues minoritaires. » Cette biographie regorge de ces saynètes qui témoignent de douze années d'échanges et d'amitié, jusqu'à la mort de l'écrivain martiniquais en 2011. C'est la grande trouvaille de ce portrait que de ponctuer la chronologie par ces incursions dans les années 2000 : ces courts récits, à la fois plus intimes et plus stylisés, « trouent » l'hagiographie tout en modulant la cohérence du personnage.

Naviguant des vies concrètes aux « vies non vécues » de l'oeuvre, du Lamentin à Paris et de Cuba à New York, François Noudelmann déploie l'existence en archipel d'un homme du divers et de l'imprévisible : un nomade « par nature et par choix », tour à tour gamin déshérité, agent de liaison au Maroc, porte-voix des luttes anticolonialistes, ou ro ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Entretien

Michel Winock © Ed. Perrin

Michel Winock : « Il ne faut pas enterrer la gauche trop vite »

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine