Gare à l'électrocution

Gare à l'électrocution

De la « Vénus électrifiée » (expérience du Pr Bose dans les années 1740) à l'écran tactile, il n'y avait qu'un pas, que l'humanité a franchi grâce à la découverte de l'électricité. Pour Tristan Garcia, le fluide électrique qui fait fonctionner nos ordinateurs traverse et meut les corps humains, les poussant à rechercher l'« intensité » dans tout ce qui les entoure. Impalpable et surtout inquantifiable, cette quête d'intensité est comme l'envers dyonisiaque de l'idéologie du progrès et du capitalisme - dont l'autre horizon est paradoxalement un monde de données chiffrées, donc limité. Après les libertins, aux sens électrisés par l'expérimentation, les romantiques traversés par la foudre de l'amour, et les rockeurs aux « hormones électrifiées », l'homme moderne, avide de rapidité et d'instantanéité, voit son régime de sensations totalement reconfiguré, ou tout simplement déréglé. Le rôle des machines, dans cette perspective, apparaît ambigu. Elles sont bien sûr essentielles pour nous donner notre dose de vitesse et d'ubiquité quotidienne - ce semblant d'intensité identifié par l'auteur. Mais, dans le même temps, elles risquent à terme de transformer le monde en un simple nuage de données, une grande mécanique de précision où la pure efficacité aurait remplacé l'intensité : le posthumain pourrait dès lors s'apparenter à une froide ataraxie, dès lors qu'il promet entre autres de repousser les frontières de la vie organique, de conjurer la souffrance, la maladie, pourquoi pas la mort... Tristan Garcia, dans cet essai, appelle à une sorte de gymnastique perpétuelle entre ces deux pôles extrêmes : l'intensité et l'affirmation de soi versus la sécurité, l'efficacité mais aussi l'apathie et pourquoi pas la négation de soi. Cet équilibre délicat se joue aussi, sans doute, entre deux électricités concurrentes : la nôtre et celle des machines.

La Vie intense. Une obsession moderne, Tristan Garcia, éd. Autrement, 202 p., 14,90€

Entretien

Laurent de Sutter © Hannah Assouline/ éd. de l'Observatoire

Laurent de Sutter
« Une indignation efficace reconfigure nos manières de penser »

Nos livres

 La langue confisquée, Frédéric Joly, éd. Premier Parallèle

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

OCTOBRE :

 Microclimat judiciaire : entretien avec Judtih Rochfeld

► De Big Brother à Big Other : inédit du dossier Orwell-Huxley

► « Le génie français, c’est la liberté ! » : version longue de l'entretien avec Laurent Joffrin

SEPTEMBRE :

► L'identité et ses (im)postures : critique du Nom secret des choses de Blandine Rinkel

 Souvenirs de la maison close : critique de La Maison d'Emma Becker

 Le feu au lac : version longue de l'entretien avec Kevin Lambert

 

© Louison pour le NML

© Louison