Günter Grass

Günter Grass

J'ai commencé par écrire de la poésie. Écrire de la prose ne m'a en fait intéressé que lorsque j'avais la possibilité de m'épanouir poétiquement dans le cadre du roman. Il me fallait donc trouver une forme de roman qui laisse libre cours à l'imagination. Donc pas un roman psychologique, pas un roman consacré à un conflit. Pas d'histoire d'amour triangulaire. Et j'ai choisi le roman picaresque, un type d'écriture qui était répandu dans toute l'Europe. Un courant qui venait de la littérature espagnole et maure, les prédécesseurs de Cervantès, puis Cervantès lui-même. Les Espagnols ont mis longtemps à comprendre que cette littérature-là n'avait pas seulement poussé sur le terreau espagnol, mais aussi sur le terreau maure. C'est lui qui a donné naissance à cet art de la narration. Et on retrouve ce courant dans toute la littérature. En Allemagne, on a eu au xviie siècle Grimmelshausen, mon point de repère direct. En France, pensez seulement à Rabelais, et à cette tradition narrative ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes