Génie féminin

Génie féminin

Aux côtés d'une anthologie dédiée aux femmes de lettres, paraît le récit exalté d'une féministe ravageuse.

« La femme qui veut s'exprimer n'essuie que rebuffades et vexations : dès l'enfance, la création féminine est étouffée. » Éric Dussert cite Suzanne Horer dans son préambule à Cachées par la forêt, recueil de 138 portraits de femmes de lettres oubliées de l'histoire. Cet essai, il l'a composé cinq ans après Une forêt cachée, qui répertoriait les « romanciers non réédités » ; sur les 105 invités à la table des matières, on ne comptait que 7 femmes. On imagine que, après la vague féministe de l'automne dernier, Éric Dussert a voulu s'intéresser aux absentes de son premier livre : les femmes. Car, s'il est une catégorie où leur nombre domine, c'est bien celle des oubliés, quels que soient leur talent, ou leur génie.

Mary MacLane - pour la première fois traduite en français - était de celles à sublimer sa condition de femme par la vocifération et l'exultation de son verbe à la fois juvénile, hyperbolique et ravageur. À 19 ans, s'ennuyant dans une bourgade du Mo ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Claire Marin © HANNAH ASSOULINE/Ed. de l'Observatoire

Claire Marin
Auteure de Rupture(s) (éd. de l'Observatoire)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine