Généalogie d'une zone franche

Généalogie d'une zone franche

Le roman graphique, aussi vieux que la BD, a fini par s'imposer comme un genre autonome, propice aux figures libres.

L'expression « roman graphique », importée des États-Unis, tient avant tout à l'aller-retour transatlantique d'un format éditorial : celui de l'album cartonné. Support canonique de la bande dessinée européenne, particulièrement dans sa tradition franco-belge, il était jusqu'à la fin des années 1970 inusité aux pays des comics. La BD y était diffusée dans des boutiques spécialisées, distinctes des librairies traditionnelles, mais surtout via la presse, soit directement dans les journaux (publiant des comic strips), soit à leurs côtés dans les kiosques, sous forme de comic books, des fascicules périodiques, souples et modiques.

Aux États-Unis, tout album est ipso facto qualifié de graphic novel - même une traduction d'Astérix. Ce format a été acclimaté, à la fin des années 1970, pour imposer des objets se différenciant du tout-venant de la production, dans son format comme dans sa forme, mais aussi en ne s' ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes