French way of life

French way of life

Un film transpose en banlieue parisienne un roman de la Britannique Rachel Cusk.

Quatre femmes s'ennuient dans une banlieue résidentielle. Formidable tableau que celui qui, ouvert sur la rue mais délimité comme un jardin, s'adapte à tous les cadres, télévision, livre, film. Si les Desperate Housewives américaines ne sont pas directement concernées ici, difficile de taire leur empreinte sur la culture populaire mondiale, au risque d'avoir le sentiment d'en voir une perpétuelle rediffusion. Lorsqu' Arlington Park, le roman de la Britannique Rachel Cusk, est traduit aux éditions de L'Olivier, en 2007, la France se passionne depuis deux ans pour le feuilleton créé par Marc Cherry et les ponts sont vite bâtis. La Grande-Bretagne se substitue aux États-Unis, le quartier cossu d'Arlington Park à celui de Fairview, et le quatuor de ménagères se porte aussi mal, sinon plus. Pas une goutte de pluie au cours des deux premières saisons de la série, contre cette première phrase en forme de sentence : « Toute la nuit la pluie tomba sur Arlington Park. » La s ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Je reste roi de mes chagrins », Philippe Forest, éd. Gallimard