Françoise Sagan

Françoise Sagan

Je crois que c'est la première fois qu'il y a dans un de mes romans un personnage un peu absolu. Dans ma malheureuse littérature, c'est la première passion absolue, le premier drame. Alors que j'ai toujours tendance à éviter le drame. Nathalie, l'héroïne d' Un peu de soleil dans l'eau froide , est une femme qui aime un homme, et qui décide que rien d'autre n'existe. Un point c'est fini. Et il n'y a plus moyen de la raisonner, de lui expliquer que la vie est faite de petites concessions, que les passions, comme le temps, passent.

Quelquefois, les réflexes de mes personnages me surprennent ou me gênent moi-même. Un moment, Nathalie donne une claque à son amant. J'avais écrit ça comme ça, dans le mouvement. Quand j'ai relu ça, je me suis demandé ce qui se passait, et je me suis dit : elle est folle, et en même temps je savais que c'était logique dans son comportement à elle. Et j'ai laissé ce passage.

Écrire, c'est le double plaisir de raconter et de ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes