François Bott, journaux intimes

François Bott, journaux intimes

Quand cesserez-vous d'écrire comme la Sorbonne ? » Ce reproche fait au journaliste débutant de France-Soir, François Bott ne risque plus de l'entendre. Les cinquante ans de La Traversée des jours filent comme un éclair. Il y a du mousquetaire chez Bott, et il ne fait pas bon croiser le fer avec lui : Françoise Giroud, Claude Sarraute, Duras, Robbe-Grillet ou Jean-Edern Hallier en savent quelque chose. Mais l'homme n'est pas chiche non plus de ses admirations : Cioran, Roger Vailland, Raoul Vaneigem, Jacques Laurent ou Louis Nucéra, bien d'autres encore qui nous valent de tendres portraits. Des faits divers dans le France-Soir de Lazareff à la direction du « Monde des livres », de L'Express de Servan-Schreiber à la fondation du Magazine littéraire avec Guy Sitbon, Bott nous offre une petite histoire illustrée de la presse, avec ses poses et ses coups bas, ses fidélités et ses trahisons. On regrette qu'il n'ait collaboré qu'à trois numéros du Magazine littéraire : on aurait aimé la su ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« La Filiale »,Sergueï Dovlatov, traduit du russe par Christine Zeytounian-Beloüs (éd. La Baconnière)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine