François Bon, ça va craquer !

François Bon, ça va craquer !

(25 décembre 2014, sur Tierslivre.net)

« Ce système craque de tous les côtés : comment en serait-il autrement ? Durée abusive de surprotection qui nous prive toujours d'usage pédagogique d'auteurs aussi décisifs qu'Artaud ou Michaux [...], avec effets délirants : c'est seulement l'an passé qu'Apollinaire, décédé en 1918, s'est élevé au domaine public, seulement là en janvier que les faits divers en trois lignes de Félix Fénéon, publiés en 1906, en bénéficieront.

« Et impossibilité de plus en plus manifeste d'un système né d'un besoin de protection de l'auteur à assurer leur survie minimale : l'auteur est réduit à un pourcentage de 8 % à 11 %, 5 % sur les poches, sur les revenus de l'objet matérialisant sa création, et dont la diffusion tombe en flèche, au profit d'une poignée de titres-marchandise.

« Nous ne sommes plus solidaires de ce système, ni des sociétés baudruche qui s'accaparent notre prétendue représentation. »

Retrouvez le texte intégral sur le site Tierslivre.net

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Je reste roi de mes chagrins », Philippe Forest, éd. Gallimard