FRÉDÉRIC BOYER*

FRÉDÉRIC BOYER*

Dans ma bibliothèque j'ai presque tous les livres de Manchette. Et je les relis régulièrement. L'écriture même fait partie du suspense et entretient la détestation mélancolique de l'existence. Un bon polar, un grand roman noir, c'est celui, comme chacun des livres de Manchette, qui vous refile pour longtemps la honte de vous-même, le sentiment poisseux, suicidaire, de l'espèce à laquelle nous faisons semblant d'appartenir. Et qui, comme les grands romanciers du XIXe siècle européen (Dickens, Hugo...), hisse les vies les plus minables sous le feu terrifiant du destin, et dynamite en une tragédie absurde la réalité sociale.

Derniers livres parus chez P.O.L : Sexy Lamb, Phèdre les oiseaux et Personne ne meurt jamais.

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes