Fortunes diverses

Fortunes diverses

Toute réalité est diverse. À nous de trouver de l'unité dans le multiple pour pouvoir classer et nommer ce que nous percevons. La diversité a bonne réputation : elle distrait, chasse l'ennui monotone. C'est, comme beaucoup de mots français, du pur latin. Diversus, diversitas viennent du verbe vertere, « tourner ». Le divers diverge, se détourne, va dans des sens opposés, au lieu de converger. Divertere, « se détourner, se séparer », aboutira chez ces Français qu'on dit légers - serait-ce leur identité nationale ? - au divertissement. Mais l'adjectif divers n'est pas si drôle ; dans l'ancienne langue, il a suivi le mauvais exemple du latin populaire, où diversus s'est employé pour « bizarre », et même « méchant, sauvage ». « T'es trop divers, mec », auraient dit les loubards romains, s'ils avaient connu notre jargon. Autrement dit, ce qui diffère est forcément relou et zarbi. Aïe ! Ça commençait, le sale réflexe : « Tous dans le rang, vive l'identique ! »

Les bons patois d'che ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes