Fortunes diverses

Fortunes diverses

Toute réalité est diverse. À nous de trouver de l'unité dans le multiple pour pouvoir classer et nommer ce que nous percevons. La diversité a bonne réputation : elle distrait, chasse l'ennui monotone. C'est, comme beaucoup de mots français, du pur latin. Diversus, diversitas viennent du verbe vertere, « tourner ». Le divers diverge, se détourne, va dans des sens opposés, au lieu de converger. Divertere, « se détourner, se séparer », aboutira chez ces Français qu'on dit légers - serait-ce leur identité nationale ? - au divertissement. Mais l'adjectif divers n'est pas si drôle ; dans l'ancienne langue, il a suivi le mauvais exemple du latin populaire, où diversus s'est employé pour « bizarre », et même « méchant, sauvage ». « T'es trop divers, mec », auraient dit les loubards romains, s'ils avaient connu notre jargon. Autrement dit, ce qui diffère est forcément relou et zarbi. Aïe ! Ça commençait, le sale réflexe : « Tous dans le rang, vive l'identique ! »

Les bons patois d'che ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon