Fontaine de non-sens

Fontaine de non-sens

Saillies ludiques et invectives sont ici un détour sur une route sinueuse à la rencontre du père.

Qui est Percival Everett ? Le plus simple serait de dire qui il n'est pas. Pas Sidney Poitier, le titre d'un de ses meilleurs romans, nous avait prévenus. « Pas assez noir », comme le héros d'Effacement, écrivain noir féru d'Eschyle, refusé par tous les éditeurs, qui se venge en commettant un pavé ethnique à l'eau de rose porté au pinacle par le public. Pas tout à fait « postmoderne », la question l'agaçant : « Je ne sais même pas ce que c'est, putain ! Une espèce de connard a essayé de me l'expliquer un jour, en disant que mon oeuvre traitait d'elle-même et de processus plutôt que de la réalité objective. » Et pas non plus Percival Leonard Everett, père de l'auteur, à qui est dédié ce livre qui raconte ce que l'un pourrait dire à l'autre si le second daignait écrire...

Mais alors, qui est Percival Everett ? Un diplômé de philo qui connaît son Bourdieu sur le bout de l'habitus et préfère au rap Schubert et son fucking Die schöne Müllerin ? ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article