Flic et mouche

Flic et mouche

Les Français, sous couleur de dérision, sont capables d'une familiarité respectueuse encore qu'ironique. Ainsi, quand on parle du ministre de l'Intérieur comme du « premier flic de France ». Ce mot flic, passé de l'argot à l'usage le plus normal, est même perçu chez les jeunes, comme la version académique de keuf , lui-même en voie de banalisation.

Curieusement, avec sa forme aberrante - car le verlan canonique de flic eût été kilf -, le keuf a sélectionné dans la vaste et complexe population des policiers les valeurs d'origine du flic, longtemps sobriquet de l'agent de police en uniforme. Le monosyllabe à forme d'onomatopée, entre flac et floc , accompagne la figure tutélaire et redoutée du policier, pendant deux siècles ou presque : un XIXe siècle d'obscure gestation, alors que la police urbaine était déjà fort organisée ; un XXe siècle de claire évolution, au gré des opinions publiques nar ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : Révolution aux confins, Annette Hug, traduit de l'allemand Suisse par Camille Luscher, éd. Zoé