Fin de cycle

Fin de cycle

Je n'exagère rien. J'ai vu. » Il faut d'abord s'attarder sur cette épigraphe empruntée à Baudelaire, dans les Curiosités esthétiques. La lire comme un mot de passe, l'unique clé de ce septième roman de Bayon. L'écrivain et journaliste à Libération a eu le mauvais goût il soigne sa réputation de chuter gravement dans le Tourmalet, célèbre col pyrénéen qui, avec ceux de l'Aubisque et de l'Aspin, forme, dans la légende du Tour de France, le cercle de la mort. Il a mordu le bitume un soir d'été 1998, dans le virage de Caderolles. « Un choc dans la pénombre et le vol à travers l'air frais de la montagne cesse net, casse. On ramasse un corps de cycliste claquant des dents [...]. Une bouillie de chair et de sang, de viande hachée, de perceptions sans connaissance, de déplacement, de sollicitations insaisissables. » Il a chu, échoué au bord du ravin. Pas de quoi en faire un vélo ? Peut-être pas, mais un vrai morceau de littérature, certainement. Un roman poisseux que l'auteur a laissé f ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire :Divers, Pierre Guyotat, éd. Les Belles lettres, 496 p., 27 E.