Fiction officielle

Fiction officielle

Sous forme de « roman documentaire », un Mexicain détricote les fils de l'affaire Florence Cassez : une machinerie médiatico-politico-judiciaire.

Et si, à l'heure de la postvérité, le roman était la réponse ? Le Mexicain Jorge Volpi remet sur la table l'affaire Florence Cassez à travers un « roman documentaire », pour en détricoter les fils. Arrêtés « en direct » le 9 décembre 2005 pour enlèvement et séquestration (« un des plus scabreux montages télévisuels de l'histoire de la criminalité mexicaine, fiction dans laquelle tous les participants ont joué un rôle écrit à l'avance »), la Française et son compagnon Israel Vallarta, victimes d'une conspiration médiatico-politique, ont été privés de procès équitable. L'écrivain pallie les dérives de cette « machinerie » (système judiciaire inquisitoire, torture, manipulation des témoins) par son « investigation personnelle », pour donner une « forme littéraire au chaos de la réalité ».

Puisque le rôle de metteur en scène échoit ici à la police, c'est au romancier de mener l'enquête : il inventorie les faits, tente de faire converger ou non les témoignages, optant pour la « ve ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

Ceux qui restent, Benoît Coquard, La Découverte, 280 p., 19 €.

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon