Fiches

Fiches

Dans le tombereau de papiers en tout genre laissés à sa mort en 1951 par Ludwig Wittgenstein - rappelons qu'à part le Tractatus logico-philosophicus, son œuvre est entièrement posthume - se trouvait une boîte en carton contenant des fiches perforées. Ces « bouts de papier » Zettel en allemand, qu'il consultait fréquemment, étaient constitués de passages de ses tapuscrits découpés dans d'autres liasses et souvent annotés ou complétés par des remarques au crayon. S'agissait-il des questions qu'il estimait les plus importantes et comptait retravailler ? Collectionnait-il ces extraits pour les insérer dans des œuvres à venir ? Ou bien projetait-il d'en tirer un livre ? On ne le saura jamais. Telles quelles, les Fiches font néanmoins partie intégrante de sa bibliographie. Elles avaient été traduites une première fois en français en 1970 ; les voici retraduites par deux spécialistes. On y retrouve l'inimitable et parfois si déroutante manière du « second Wittgenstein », qui, à partir d'ex ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : Révolution aux confins, Annette Hug, traduit de l'allemand Suisse par Camille Luscher, éd. Zoé