Voix vives à Sète, choeur de poètes

Voix vives à Sète, choeur de poètes

Chaque année, Sète devient, le temps du festival Voix vives, la ville accueillant le plus de poètes au kilomètre carré. Trois questions à sa directrice et fondatrice, Maïthé Vallès-Bled.

Vous avez créé le festival Voix vives, de Méditerranée en Méditerranée il y a maintenant vingt ans. Comment l'idée vous est-elle venue ?

Maïthé Vallès-Bled. Je voulais faire entendre et faire découvrir la poésie. Il faut l'installer dans les lieux du quotidien et non dans les temples de la culture, sans quoi beaucoup de gens se diront : « Ce n'est pas pour nous. » Le temps du festival, les cours, les jardins, les places sont transfigurés. Tout est libre et gratuit : nous voulons assurer une qualité d'écoute optimale, et nous traduisons les textes en amont. Je voulais aussi faire découvrir la poésie méditerranéenne, dont on ne finira jamais de décider si elle est une ou multiple. C'est une région à l'origine de toutes les civilisations contemporaines. La poésie permet de réunir les artistes de toutes les cultures et de tous les pays, y compris ceux qui sont en guerre depuis si longtemps. Elle est parole et chemin de paix.

Comm ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes