Matriarcat : femmes de tête

Matriarcat : femmes de tête

Les sociétés matriarcales observées n'ont rien d'un miroir inversé du patriarcat. Elles reposent au contraire sur un modèle équilibré de répartition des tâches où les hommes ne sont pas subordonnés mais complémentaires.

Deux exceptions viennent nuancer la suprématie des hommes : les guerrières d'Asie centrale, armées de flèches et de haches, auxquelles les Grecs rendent hommage dans la légende des Amazones ; les "princesses" en Asie du Sud-Est et chez les Celtes », raconte Ivan Jablonka dans Des hommes justes. L'historien n'échappe pas au préjugé faisant de l'autorité fondée sur le féminin non seulement une exception révolue, mais un reflet inversé du patriarcat. Or le matriarcat d'antan et contemporain signifie non que le sexe des femmes leur donne de droit une force exclusive de commandement, mais plutôt qu'elles se situent au fondement de la société.

Panorama exhaustif des sociétés matriarcales, l'ouvrage de Heide Goettner-Abendroth plonge dans le caractère concret des études de cas pour parfaire peu à peu un modèle théorique ; s'appuyant sur une réalité solide et non un fantasme des origines, elle brise ces mythes du contrat social qui fondent la société, après la guerre de tou ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes