Fassbinder, acteur monstre

Fassbinder, acteur monstre

À 24 ans, le cinéaste explose dans Baal, adapté d'une pièce de jeunesse de Brecht aux accents rimbaldiens par Schlöndorff. Le film, bloqué après sa première diffusion, sort enfin.
Par Hervé Aubron

La toute première pièce de Brecht, adaptée par Volker Schlöndorff, avec le cinéaste Rainer Werner Fassbinder dans le rôle principal : l'affiche est imposante, même si Schlöndorff - réalisateur des Désarrois de l'élève Törless et du Tambour - est depuis tombé dans les limbes d'un académisme antiquaire. L'outrageant Fassbinder, disparu en 1982 à 37 ans, demeure lui une bête fabuleuse du cinéma européen - lui qui réalisa plus de films qu'il ne passa d'années sur terre. Baal est d'autant plus magnétique qu'il date de 1969 (à l'orée de ce qu'on appela le nouveau cinéma allemand) et qu'il sort seulement aujourd'hui en salle : diffusé une unique fois à l'époque à la télévision ouest-allemande, il est tout de suite bloqué par la veuve de Brecht, Helene Weigel, furieuse : « Il ne suffit pas d'enfiler un blouson noir et de se coller une clope au bec pour être un Brecht », se serait-elle exclamée. Selon elle, qui a rallié la RDA avec son compagnon (mort depuis 1956), ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« La Filiale »,Sergueï Dovlatov, traduit du russe par Christine Zeytounian-Beloüs (éd. La Baconnière)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine