Fantasmes do Brasil

Fantasmes do Brasil

A Rio et Sao Paulo, tout le monde vous le dira : Nelson Rodrigues 1912-1980 est le plus grand auteur de théâtre brésilien. En France, on le sait moins. Le festival d'Avignon va peu ou prou corriger cette injustice avec les représentations de Toute nudité sera châtiée dans la belle mise en scène d'Alain Ollivier. On a pu, en juin, voir déjà ce spectacle, admirablement servi par ses trois acteurs principaux, Miloud Khetib, Lorena da Silva et Marc Berman. Toute l'oppression religieuse de la classe bourgeoise se met à nu dans ce théâtre de la nudité, puisque la pièce est très sexuelle. Devenu veuf, un homme résiste à toute tentation jusqu'au jour où il cède au charme d'une prostituée que lui a présentée son frère. Le fils ne supporte pas la « trahison » de son père. Pourtant le couple va jusqu'au mariage - puis jusqu'à la tragédie.

Bien que Toute nudité sera châtiée soit l'oeuvre de Rodrigues la plus célèbre dans son pays, notre goût nous f ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Par les routes », Sylvain Prudhomme,  éd. L'Arbalète/Gallimard

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

OCTOBRE :

 Microclimat judiciaire : entretien avec Judtih Rochfeld

► De Big Brother à Big Other : inédit du dossier Orwell-Huxley

► « Le génie français, c’est la liberté ! » : version longue de l'entretien avec Laurent Joffrin

SEPTEMBRE :

► L'identité et ses (im)postures : critique du Nom secret des choses de Blandine Rinkel

 Souvenirs de la maison close : critique de La Maison d'Emma Becker

 Le feu au lac : version longue de l'entretien avec Kevin Lambert

 

© Louison pour le NML

© Louison

Les écrivains journalistes avec RetroNews

Pour accompagner notre dossier sur la littérature érotique, nous vous proposons de plonger, en partenariat avec Retronews, le site de presse de la Bnf, dans la vie de Rachilde, la reine des décadents.

Illustration : Le journal des Débats, 27 mars 1899 - source : RetroNews-BnF