Fable argentine

Fable argentine

Mort en juillet dernier à 58 ans, Gabriel Báñez fut une figure discrète mais notable de la littérature argentine.À l'exception d'un recueil de nouvelles, il n'avait jamais été, curieusement, traduit en français. Ce pastiche de polar virant au roman métaphysique est une bonne entrée en matière : dans une petite ville, le vieux Macias tient une boutique d'horlogerie. Paralytique, il consacre ses loisirs à dévaler la pente de la place centrale sur son fauteuil roulant, en essayant de battre son record. Un jour, les enfants qui l'acclament à chaque exploit disparaissent : les médias s'emparent de l'affaire, la police soupçonne le vieil homme, tout s'emballe jusqu'au délire. Dans un style sobre et rigoureux, Gabriel Báñez multiplie les allusions au passé autoritaire de l'Argentine la disparition inexpliquée et offre une méditation plus profonde qu'il n'y paraît sur le temps et le fantasme de sa maîtrise.

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes