Féminin sauvage

Féminin sauvage

Une femme sauvage sommeillerait-elle au fond de chacune de nos compagnes ? Oui ! Clarissa Pinkola Estès en est persuadée. Elle l'explique en 400 pages dans un essai qui n'est pas à aborder de manière classique, seulement avec la raison, mais instinctivement. Il est à flairer, humer, parcourir, picorer. On éprouvera ainsi un premier plaisir qui est de dire des contes de toutes époques, de toutes provenances. Il en est de connus, d'autres non, parce qu'écrits pour la première fois et d'autres, enfin, restitués dans leur état premier : « Le vilain petit canard » revient à ses origines magyares et « Barbe Bleue » aux siennes, qui sont en partie slaves...

Tout ça pourquoi ? Mais pour éveiller, pour éclairer les esprits occidentaux qui se croient nés d'hier. Leur rappeler qu'avant eux des hommes, des femmes, leurs ancêtres, ont aimé, souffert, éprouvé la vie de toutes les manières et que l'essentiel de leur expérience se trouve dans ces vieilles histoires qui ont fait le tour du mo ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article