Extases du vidéaste

Extases du vidéaste

Ouvrir les quarante tomes du journal (inédit en français) du vidéaste américain Bill Viola est une expérience stupéfiante. Viola est un immense lecteur, qui embrasse large : philosophie, poésie, art, mystique. Dès lors, son exposition au Grand Palais ne pouvait être que métaphysique et initiatique, posant les trois questions où se résume le mystère de l'existence : Qui suis-je ? Où suis-je ? Où vais-je ? La vie, la mort, la transcendance, le temps et l'espace, perçus à travers le prisme unique de l'émotion. Il faut se plonger dans les tableaux en mouvement de ce pionner de l'art vidéo. Autant d'immersions, autant de corps à corps entre les protagonistes et nous. On perd souvent pied, car l'élément récurrent c'est l'eau, dans tous ses états, du déluge jusqu'à l'apaisement d'un lac où des corps endormis et immergés retrouvent l'élément originel. C'est The Dreamers, pour qui le temps semble s'être arrêté.

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes