Les Hugo, ou la création en partage : les admirables

Les Hugo, ou la création en partage : les admirables

Une exposition et deux livres pistent l'exceptionnel gène d'inventivité qui s'exprime dans la descendance de Victor Hugo, nullement inhibée par son aïeul.

Le bricolage peut-il toucher au génie ? Les meubles démembrés, combinés et recomposés en cheminées et bahuts par Victor Hugo à Hauteville House, maison de son exil à Guernesey, parlent d'eux-mêmes. De l'écrivain-cathédrale on connaît les dessins, moins les décors : tapissier, sculpteur, ébéniste, architecte, il croise les matériaux comme il le fait des rimes, pour créer un lieu à son image. Mais, et c'est le propos de l'exposition « Les Hugo, une famille d'artistes », ce gigantisme de l'expression de soi ne s'arrête pas là, se ramifiant en cinq générations d'artistes, comme si la fièvre du grand mage, à l'étroit dans ses veines, s'était transfusée dans celles de ses descendants.

Ce foisonnement créatif à grande échelle est aussi le ressort de la biographie familiale d'Henri Gourdin, Les Hugo, et de sa lecture psychogénéalogique - science de la transmission, des loyautés familiales invisibles : chaque membre de cette lignée a manié aussi bien le pinceau que la plume ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Claire Marin © HANNAH ASSOULINE/Ed. de l'Observatoire

Claire Marin
Auteure de Rupture(s) (éd. de l'Observatoire)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine