À lire de toute urgence

À lire de toute urgence

Rédigés à la hâte par des gens célèbres ou inconnus sur tous supports : la BNF a réuni dans une exposition émouvante une riche collection de « manuscrits de l'extrême ».

là, sur le papier, des âmes et des corps se dévoilent ou s'oublient, résistent et survivent. Rédigés entre le XVIIe et le XXe siècle dans des conditions extrêmes, les 191 documents de l'exposition « Manuscrits de l'extrême » dévoilent autant de coeurs mis à nu. Qu'ils soient écrivains (de Pascal à Artaud en passant par Sade et Cocteau) ou inconnus, leurs auteurs ont livré des textes de combat : « Chacun de ces écrits, à sa façon, témoigne de cette urgence à dire dans laquelle se trouve plongé l'être aux prises avec les soubresauts du destin », souligne Laurence Le Bras, commissaire de l'exposition. Elle donne une liste presque exhaustive : « détention, mission périlleuse, tournant critique, risque de mort imminente, sentiment amoureux passionnel, douleur profonde du deuil, emprise psychique. » On ne soupçonnait ni la variété ni l'intensité émotionnelle de ces pièces extraites des réserves de centres d'archives ou de collections privées. Curieuses, déroutantes, énigmatiques, ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

Ceux qui restent, Benoît Coquard, La Découverte, 280 p., 19 €.

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon