Etude néante de l'enfer

Etude néante de l'enfer

En dehors de trois poèmes isolés, Arthur Rimbaud n'a publié qu'une plaquette de 53 pages, Une saison en enfer . Il a pris soin de dater son texte à la fin, « avril-août, 1873 », et le mince fascicule sortait en octobre des presses de l'Imprimerie Poot, l'Alliance typographique, 37 rue aux Choux, à Bruxelles. L'auteur, qui avait pourtant sans doute fait payer la composition, se désintéressa du livre, après en avoir envoyé quelques exemplaires. Cet abandon est d'autant plus étonnant qu'il avait obéi à un sentiment d'urgence. A partir de la réédition dans La Vogue , en 1886, Une saison en enfer n'a cessé d'apparaître comme un texte difficile, mais fascinant, brûlant comme le feu de l'enfer. On n'en aura jamais fini avec Une saison en enfer . « C'est oracle, ce que je dis ». Rimbaud nous présente sa parole comme une parole de certitude, comme la Parole, et pourtant le livre conduit à un « Je ne sais plus parler ». L'oracle, ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes